Dois-je accepter de passer des tests de traduction ou pas ?

La question des tests de traduction revient toujours.

Certains traducteurs vous diront qu’ils n’acceptent pas de passer des tests de traduction parce qu’ils trouvent que leur expérience parle pour eux et que les tests devraient être réservés aux novices, d’autres acceptent de les passer, mais sous certaines conditions.

Je suis d’avis que même si un test de traduction ne reflète totalement les aptitudes d’un candidat, il donne des indications sur le niveau de ce dernier. Il arrive toutefois qu’un candidat ayant réalisé un sans-faute pour le test de traduction montre des lacunes importantes dès le premier projet, mais aussi qu’un candidat ayant fait quelques fautes pendant le test se révèle être très compétent sur les projets qui suivent. Go figure !

Je n’ai personnellement aucun problème avec les tests de traduction, surtout s’ils sont payés (parce que oui, il y a des agences qui paient pour vous tester…) et si le texte à traduire ne contient pas plus de 300 mots.  Si le test est concluant, parfait, si non, je demande à voir le corrigé et j’apprends de mes erreurs si elles sont justifiées. Si elles ne le sont pas, je le fais savoir à l’agence et je continue à vivre ma vie. Il est arrivé qu’une agence revienne vers moi pour me dire qu’elle avait demandé un deuxième avis après mes remarques et qu’elle aimerait finalement travailler avec moi.

Si je devais donner un conseil aux agences, ce serait de ne pas se baser uniquement sur un sans-faute au test de traduction pour recruter un traducteur car rien ne dit qu’il n’a pas fait corriger son travail par un tiers. , mais de donner à ceux ayant du potentiel (texte fluide et compréhensible) une chance de faire leurs preuves, par exemple en leur confiant un premier projet. Je suis consciente de la charge de travail que cela représenterait, mais je suis certaine qu’il serait ainsi possible de dénicher des talents cachés.

Aux jeunes traducteurs, je conseille d’accepter de passer des tests de traduction, mais pas de textes de plus 300 mots. Demandez à recevoir le corrigé afin de vous assurer que l’agence n’essaie pas de vous faire traduire gratuitement un texte court. Au fur et à mesure que vous évoluerez dans votre carrière, faites des traductions bénévoles auprès d’ONG et autres associations sur lesquelles votre nom peut être mentionné et demandez à ce qu’une copie vous soit envoyée afin que vous puissiez présenter ce travail comme référence à l’avenir. Vous pourrez ainsi progressivement vous constituer un dossier de références que vous pourrez présenter à la place de tests de traduction afin que vos futurs clients puissent se faire une idée de votre travail.

Et vous, acceptez-vous de passer des tests de traduction ? Partagez votre opinion dans les commentaires !

À bientôt,

Arielle

1 comments so far.

Une réponse à “Dois-je accepter de passer des tests de traduction ou pas ?”

  1. Francis dit :

    Merci pour ces conseils : demander le corrigé et une copie d’une traduction pour association !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BIENVENUE SUR DTIN

BIENVENUE SUR DTIN

Bonjour je suis Arielle, traductrice allemand/anglais > français et terminologue. Je suis passionnée par les mots et la traduction, et, ce blog est ma façon à moi de partager ce que j'ai appris pendant de longues années avec ceux qui souhaitent travailler à leur propre compte comme traducteur/interprète.

Pour en savoir plus sur mon travail, visitez mon site www.fabetranslations.com